En science, on dit qu’on ne peut pas partir d’un cas spécifique pour concevoir un principe, c’est l’image de la démocratie qui se veut formule du pluralisme.

Dans le contexte actuel de l’événementiel politique de notre pays, la liberté d’opinions s’invite plus que jamais au cœur du débat qui désormais entre en lice dans toutes les intendances.

C’est d’accepter que s’il y a une frange de la population qui pense d’une certaine façon, il y a sans doute une autre qui pense autrement. Quelles qu’elles soient nos aspirations du court et moyen terme, ayons à l’esprit cette ferme visée de transcender dans nos positions face à celles des autres, compte tenu des espérances d’avenir que nous avons tous en partage, parmi lesquelles prévalent celles de stabilité et de félicité, sans dédaigner au passage que « l’avenir c’est le dialogue des civilisations, pas le choc des civilisations ».

Le Congo est un bien collectif, les affaires de la nation ne se synthétisent pas à la prépotence de la diaspora, de l’opposition, de la majorité ou d’un quelconque groupe de dissidents vengeurs, chargés de parcimonies, en perspective de règlements de comptes à un vieil ami sous prétexte de la défense de la nation.

Mais, « Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes », disait Bossuet.

La nation Congolaise c’est d’abord 4 millions de têtes, reparties sur 12 départements, qui ont aussi leur droit de cité dans les affaires courantes.
Pensons outre mesure préservation de la cohésion culturelle, car « une nation, au-delà de l’aspect géographique, c’est la cohérence de son peuple ».

Sans délations, sans ardeurs ni acrimonies, sans triomphalisme ni désirs de confiscation à des fins d’usurpation de recevabilité et au-delà de nos velléités furent-elles légitimes, faisons preuve de pondération et laissons la chance à tous les Congolais de s’exprimer par les urnes afin de nous arbitrer enfin sur cette épineuse question dont les contours vont au-delà des limites insufflées.

Que vive le CONGO de tous les Congolais sans exclusion!!

J’ai dit

DDH, 29/09/2015