S’il est vrai que le clientélisme est la forme de dépravation politique la plus condamnable, il est de même que la promotion des intentions d’insurrection et la campagne d'incitation à la violence et à la haine tribale sont doublement blâmables.

La terreur étant l’arme du pauvre, dans une société d’Hommes où les antagonismes sont amis du vécu, au son de la kalachnikov à celui des larmes, favorisons toujours le dialogue en toute circonstance, s’il s’agit de l’intérêt commun- car les raisons pour discuter, quoique l’on fasse, il y en aura continuellement sur la terre des vivants - A moins qu'il soit question d'intérêts égoïstes insoupçonnés de quête du pouvoir pour le pouvoir, ce qui n'engage donc nullement le peuple au nom de qui certains leaders politiques déblatèrent à longueur de journée-

"Si tu refuses ton propre combat, on fera de toi le combattant d'une cause qui n'est pas la tienne" disait Jean Rostand.

En tant que femme, et quels qu’en soient les enjeux de l'heure, ,quelque soit sa perspicacité et sa volonté de nous offrir "un paradis" au Congo, je me réserve le droit de combattre tout tenant de courant politique répondant aux moindres critères sus cités, car lorsque la violence s'installe, ce sont les femmes, les pauvres femmes, les premières victimes des causes qui ne sont pas les leurs.
Je pense comme tout le monde d'ailleurs, que bon nombre de citoyens, à l'instar des femmes, ont compris leur combat et ne se laisseront plus, eux et leurs enfants, se faire manipuler pour faire le lits à d'autres qui viendront les narguer une fois installés-

Alors, aux vendeurs d'illusions, trouvez-vous un autre marché, cette fois, plus aucune femme se sera violée, ni aucun enfant ne sera enrôlé!!!

‪#‎ABONENTENDEUR‬...
----------------------------------------------------------------------------------------
PS: Moi aussi j'use de mon droit constitutionnel décrit par l'article 19 de la loi fondamentale en vigueur, dans ses alinéas 1 2 3:

"Tout citoyen a le droit d'exprimer et de diffuser librement son opinion par la parole, l'écrit, l'image ou tout autre moyen de communication.
La liberté de l'information et de la communication est garantie.
La censure est prohibée."